Vers de l’Ambient Branding avec Converse ?

J’ai découvert un site bien étrange ce matin : This Is The Index Page. Lancé par Converse, le but de ce site n’est visiblement pas de vendre mais plutôt de faire partager une expérience aux visiteurs. Ces derniers sont donc confrontés à une liste d’URL qui défilent :

Toutes ces URL sont toutes plus étranges les unes que les autres… Vous en choisissez donc une au hasard (KissingWithRoss.com) et vous tombez là-dessus :

Vous pouvez ensuite naviguer entre les URL à l’aide des flèches en bas de l’écran ou revenir à l’index pour en choisir une autre (ex. OutOfYourLeagueGuyOnMotivation.com) :

Étrange ? Oui complètement.

Absurde ? Parfaitement.

On y comprend rien ? Oui, effectivement.

Mais à quoi ce site peut-il bien servir alors ? À planter le décor, à recréer un univers de marque décalé, à plonger l’internaute dans un contexte très imerssif (d’où le recours à la vidéo en plein écran).

Bref, c’est ce que je prux définir comme de l’Ambient Branding : la gestion de l’image de marque au travers de scènes et d’ambiances. Je ne sais pas si c’est efficace mais le dispositif est très intéressant et surtout disruptif…

Vous aimez ?

(via iMedia Connection)

Interface riche et minimalisme

Dans la série « Pour ou contre les sites de contenu en Flash ?« , je souhaiterais ce soir vous parler d’un très beau site : Lili is Pi.

J’apprécie ce site par son côté minimaliste et par l’usage très subtile de modules « riches » :

  • dans le header (qui sert de télécommande audio) ;
  • dans le menu de gauche (avec cet effêt élastique) ;
  • dans l’animation des flèches pour faire défiler le contenu ;
  • dans les effêts de transition (un peu longs, mais nous sommes avant tout là pour écouter de la musique, non ?).

Bref, c’est du très bon travail. Bien évidément nous sommes loin des sites réellements minimalistes (cf. MinimalSites.com), mais saluons tout de même le travail créatif de l’agence (Cappen).

(Merci à Greg_J pour le lien)

Redécouvrez la photo en 3D avec Photosynth

Voilà quelques semaines (mois ?) que Photosynth est sorti du laboratoire de Microsoft. Il s’agit d’une offre de création, de publication et de partage de scènes 3D réalisées avec un photo-montage.

Pour faire simple :

  1. Vous prenez tout un tas de photos d’un objet (en tournant autour) ou d’un paysage (en tournant sur vous-même) ;
  2. L’application se charge d’assembler ces photos en une scène 3D ;
  3. La scène est publiée sur un portail (Photosynth.net) où les visiteurs peuvent commenter et noter les scènes ;
  4. Vous pouvez publier cette scène n’importe où (blog, profile…) à l’aide d’un petit viewer à encapsuler (plug-in indispensable, basé sur la technologie SeaDragon).

Le rendu des scènes 3D et surtout la manipulation est tout à fait intéressante :

  • Des flèches permettent de tourner autour de la scène où de se déplacer d’avant en arrière (pour « zoomer » sur un détail) ;
  • Les différentes photos sont identifiable grâce à un effêt de surbrillance du contour au survol de la souris (qui sert aussi à se déplacer) ;
  • Un anneau permet de choisir l’angle de vision de la scène ;
  • Il existe un mode plein écran pour élargir l’angle de vision.

Bref, ce service est tout simplement bluffant et propose un mode inédit de découverte et d’interaction avec les photos. Il apporte en plus une dimension sociale avec le partage de vos scènes et surtout la possibilité de faire des compositions à plusieurs, des scènes 3D collaboratives (chacun apportant ses photos).

Voici donc un excellent support qui pourrait être expoité dans une optique « business«  :

  • Par des agents immobiliers qui souhaitent mettre en valeur les biens qu’ils commercialisent (cf. Microsoft Launches Photosynth: Your Pictures in 3D) ;
  • Par des offices du tourisme qui pourraient mettre à contribution les touristes afin de valoriser les lieux d’intérêt (en aggrégant leurs différentes photos de vacance) ;
  • Par des e-commerçant (distributeurs ou fabriquants) qui souhaiteraient mettre en scène de façon plus immersive les produits (un peu comme le faisait Ikea avec ces intérieurs en mode « bulet time » ;
  • Par des artistes qui voudraient immortaliser / prolonger leurs créations (sculptures…) sur un mode collaboratif…

Les possibilités sont très nombreuses et d’ailleurs Renault sera à ma connaissance une des premières grandes marques à exploiter ce support dans le cadre du lancement de la nouvelle Megane (cf. Silverlight, DeepZoom, PhotoSynth et Brandstream pour la nouvelle Megane).

Après la 2D et la 3D, voici venir les cartes en 2,5D

Il existe déjà de nombreuses applications et services de cartographie : En 2D (Google Maps, Yahoo! Maps, Live Maps, Mappy, Via Michelin…), en 3D (Google Earth, Microsoft Virtual Earth, Map24…). Mais il manquait quelque chose d’intermédiaire.

Ce vide est maintenant comblé avec ce service de cartographie en 3D isométrique (autrement appelée la 2,5D) : OnionMap.

C’est visuellement très mignon et surtout moins lourd que de la vraie 3D. Pour l’instant il existe une petite dizaines de villes mais ils promettent d’en rajouter régulièrement.

Et si ce mode de visualisation vous intéresse, je ne serais que trop vous recommander cet autre site qui propose une vue 2,5D de Hong Kong : Hong Kong Edushi 3D Map.

Alors… un nouveau créneau à prendre ? (via Information Aesthetics)

Vive les timelines !

Si vous me lisez régulièrement alors vous devez déjà savoir que j’adore les schémas et autres représentations visuelles synthétiques. En fait j’affectionne tout particulièrement les timelines car elles permettent de représenter la chronologie d’évènements de façon très efficace.

Dans ce domaine Google propose ainsi une timeline tout à fait intéressante chez Google Finance :

Cette timeline permet ainsi d’associer des évènements (communiqués de presse et actualités) à des évolutions du cours de l’action. Vous apprécierez au passage la très élégante possibilité de jouer sur l’échelle et sur la plage de visualisation (à l’aide de réglettes et de glissé/déposé.

Autre exemple encore plus intéressant avec la timeline du tout nouveau SoundUnwound lançé par Amazon (cf. Amazon Launches Social Music Site). Cette gigantesque base de donnée musicale (sur le même modèle que IMDb) propose ainsi une représentation chronologique de la discographie d’un groupe en y incluant les « plages de présence » des différents membres du groupe ayant participé à tel ou tel album : Timeline for Soundgarden.

C’est encore une fois du très bon travail car la visualisation et la manipulation sont très intuitives. Vous pouvez de plus cliquer sur les membres du groupe ou sur un album pour faire remonter plus d’infos via une info-bulle géante.

Enfin comment ne pas traiter ce sujet sans évoquer AllOfMe, un service entièrement dédié à la publication et au partage de timelines « publique » : Apple Products Timeline.

Vous noterez en haut à droite la possibilité de changer l’échelle ainsi que les très belles info-bulles géantes.

Quel dommage par contre que tout ces services reposent sur Flash (impossibilité de chercher ou de convertir une timeline en tableau avec du texte).

Heatmap + Papervision3D = 3D Heatmap

Le problème des représentations en 2D c’est que vous ne pouvez exploiter que deux axes (donc 2 séries de données). Le problème avec les représentations en 3D c’est qu’elle sont généralement longues à charger et complexes à manipuler.

Je vous propose donc de découvrir cette solution qui combine une représentation cartographique en 2 dimensions avec la librairie Papervision3D (le tout réalisé avec Flex). Le résultat est donc une heatmap en 3D qui s’affiche très vite (c’est du Papervision3D), avec des données facilement gérables (c’est du Flex) et qui ne nécessite pas de plugin (c’est du Flash) et qui se manipule assez intuitivement à la souris : Heat Map + Papervision3D. Le résultat est visible ici : HeatMap3D.

Les données restent tout de même complexes à lire (car nous n’avons pas l’habitude de lire en 3 dimensions) mais le potentiel est là.

A quand des tableau de bords en 3D ? (via Papervision3D Daily)

Écouter de la musique selon l’ambiance souhaitée

Musicovery Logo

Vous direz sans doute que je suis en retard en vous parlant de Musicovery, ce site où il est possible d’écouter de la musique selon l’ambiance souhaitée.

À mon avis, je crois qu’il est toujours bon d’en parler. Musicovery est un autre exemple ou l’interface riche est basée sur l’intérêt et les goûts de l’utilisateur.

Musicovery Controle

Musicovery est un mélange de Liveplasma et de Rockola. Pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, Musicovery permet de créer rapidement une liste de lecture qui correspond à une « ambiance » musicale souhaitée. Pour vous donner une idée du fonctionnement, voici une courte vidéo trouvée sur Youtube.

Source : Accessoweb

Pour ou contre les sites de contenu en Flash ?

Oui je sais : Flash n’a jamais été conçu pour afficher du contenu textuel et en plus c’est super mauvais pour le référencement, l’accessibilité et même en terme d’empreinte carbone (votre processeur consomme plus d’énergie avec du contenu en Flash).

Il n’empêche que certains sites me laissent à penser que l’on peut dans certains cas avoir recours aux interfaces riches pour un portail de contenus.

Premier exemple avec le très vénérable Ultrashock (une communauté / place de marché pour les flasheurs). Ce sont principalement les pages d’accueil et de rubriques qui font appel à Flash pour ajouter de l’interactivité et du volume aux contenus. Vous noterez également l’utilisation de menus customisés si vous faites un clic droit avec votre souris :

Deuxième exemple avec Parleys, un blog gonflé à l’action script pour les développeurs Flex. Ici c’est surtout dans les possibilités de modification de l’affichage (modes grille et liste) et dans les effets de transition que l’usage de Flash est intéressant. Vous noterez également la grande souplesse d’utilisation sur un site qui marie parfaitement des contenus audio, vidéo, texte et diaporama.

Dernier exemple enfin avec le portail Where Life Connects de Linksys qui propose des cinématiques d’ouverture de page très spectaculaires (lire à ce sujet : Vive les transitions !).

Alors bien évidement il y a le rédhibitoire argument du référencement (quoi que : Adobe collabore avec Google et Yahoo! pour améliorer l’indexation de Flash) mais je pense qu’il serait intéressant de ne pas condamner des initiatives comme celles-ci car elles ont le mérite de (re)lancer le débat.

Non ?

Découvrez le parc Yosemite avec des panoramas de 45 Gigapixels

45 Gigapixels ? Oui môsieur, ce ne sont pas moins de 20 panoramas de 45 Gigapixels (soit 900 milliards de pixels) que nous propose le studio Xrez pour découvrir le parc Yosemite : Yosemite Extreme Pnoramic Imaging Project.

Le résultat est tout simplement stupéfiant : une gigantesque carte associée aux technologies DeepZoom et Silverlight de Microsof.

YEPIP1.jpg

Choisissez un panorama en zoomant dessus :

YEPIP2.jpg

Puis vous continuez à zoomer jusqu’à un niveau de détail hallucinant :

YEPIP3.jpg

Hallucinant ? Pas tant que ça puisque ces panoramas sont vraiment gigantesques (45 Gigapixels), à la démesure du paysage en fait…

Les plus observateurs s’amuseront à trouver la photo panoramique de l’équipe 😉

(via Curul)

Quand les interfaces riches nous rapprochent des sujets, qui au départ, ne nous intéressent pas !

À mon avis, il est intéressant de voir combien les interfaces riches peuvent nous rapprocher de sujets qui, à l’origine, ne nous intéressaient pas particulièrement.

L’interface en FLEX de Chesscube, un jeu d’échecs en ligne, en est un bon exemple parmi plusieurs.

Contrairement aux jeux d’échecs développés sur des interfaces en java et pauvre sur le plan visuel Chesscube apporte un nouveau regard pour ce type de jeu.

Inscription Chesscube

L’inscription sur le site est particulièrement facile grâce au formulaire dynamique ( que j’adore ! ).

Chesscube

Une fois inscrit, on vous propose une visite guidée dans le jeu. L’intégration des outils 2.0 est bien pensée, on peut y retrouver par exemple, un système de gestion d’amis, de chat, de statistiques, etc. Un moteur de recherche est également présent pour vous permettre de trouver des utilisateurs selon leur niveau de joueur. Il existe également d’autres options dont une, en beta, qui vous invite à écouter des parties d’échecs.

ChesscubeChesscube

Bref, … Chesscube = des heures de plaisirs pour les habitués et novices du jeu d’échecs. En ce qui concerne l’expérience utilisateur, de mon côté , ça s’est particulièrement bien passé. Est-ce le cas pour ceux qui sont moin geek que moi ?

Au fait, quels sont les sites qui, grâce aux interfaces riches, vous ont permis d’avoir un nouveau regard sur un sujet en particulier ?

Correction : J’ai publié ce billet en mode « brouillon » trop rapidement. J’ai également modifié les copies d’écrans après la lecture des commentaires. La source du sujet provient de : www.hebiflux.com