Le NY Times innove avec Snow Fall, mais illustre les limites de la narration multimédia

Je vous parlais en début de mois dernier des bienfaits du multimédia pour mieux accrocher l’attention des lecteurs (Dopez votre narration interactive avec HTML5). Les esprits se rencontrent, car le NY Times publiait la semaine suivante un superbe article multimédia racontant les mésaventures d’un groupe de skieurs pris dans une avalanche : Snow Fall, The Avalanche at Tunnel Creek.

La première page de Snow Fall

Oui je sais, « article multimédia » fait résonner en vous les bons vieux CD-Rom des années 90. Même si le terme est un peu désuet (euphémisme), il reste néanmoins parfaitement valide pour décrire l’objet éditorial publié par le journal : un mélange de textes, images, vidéos et animations interactives. Le résultat final est un modèle d’élégance et de storytelling, il a d’ailleurs remporté un franc succès : More than 3.5 Million Page Views for New Yorl Times’ ‘Snow Fall’ Feature.

Ce sont ainsi près de 3 millions de visiteurs qui sont venus s’immerger dans ce récit passionnant et dans les nombreuses vidéos et infographies :

Exemple d’infographie dans Snow Fall

Le succès remporté par cet article soulève néanmoins de nombreux questionnements au sein de la profession. Si certains journalistes sont très enthousiastes (What the New York Times’s ‘Snow Fall’ Means to Online Journalism’s Future), d’autres sont plus mitigés (The good — and the bad — about the NYT’s Snow Fall feature et Avec « Snow Fall », le New York Times cristallise les défis de la presse en ligne). Sont en cause dans cette histoire les coûts de production (visiblement très élevés) et les leviers de monétisation (de vulgaires bannières insérées à l’arrache dans l’article qui défigurent la mise ne page).

Melange de vidéo et d’animation dans Snow Fall

Je ne suis pas un expert de la production multimédia, loin de là, mais je constate que les outils à disposition pour produire et distribuer ce type d’article enrichi (notamment HTML5) permettent de limiter les investissements. La grande question est ensuite de savoir si vous vous positionnez comme un média qui produit de l’information brute (de l’information chaude au format texte) ou une expérience de lecture différenciante (des contenus tièdes ou froids avec une mise en page valorisante).

2 commentaires pour “Le NY Times innove avec Snow Fall, mais illustre les limites de la narration multimédia”

  1. Posté par Martin Dufresne a dit : le

    Personnellement, je salue ce genre d’initiative fait par le NYT’s. Je suis même d’avis que c’est avec ce genre de contenu enrichi que la presse pourrait trouver une façons de non seulement fidéliser son lectorat, mais plus important pour eux encore, de monétiser l’offre. Bien sûr je ne suis pas un expert, ni même un prophète, mais je crois que le NYT’s de par ces expérimentations prouve qu’il n’est pas bien compliquer de trouver une façons d’attirer des visiteurs, et du même coup de les monétiser. Il suffit de rendre la nouvelle plus enrichissante et immersive tout en gardant le professionnalisme dans le fond de l’article.

    En ce qui me concerne, ce genre de contenu fais en sorte que je suis beaucoup plus en accord de payer pour un contenu de qualité, plutôt que pour un format régulier qui n’a rien de plus qu’à m’offrir.

  2. Posté par Frédéric Cavazza a dit : le

    Oui, d’autant plus qu’avec HTML5, ce type d’article enrichi s’exporte très bie sur les tablettes.