Sun lance enfin JavaFX pour concurrencer Microsoft et Adobe sur le marché des interfaces riches

Après plus d’un an d’attente (cf. mon premier billet sur le sujet : Sun relance Java dans la compétition des interfaces riches), Sun se décide enfin à sortir une preview de JavaFX : Sun Announces JavaFX Preview. Pour faire simple, disons qu’il s’agit de la nouvelle offre pour faire des interfaces riches et concurrencer ainsi Microsoft et Adobe (et Curl).

En fait il s’agit d’un framework qui comprend des environnements d’exécution (des plug-ins pour faire tourner les applications), un langage de développement (JavaFX Script) et différents outils (environnement de développement…). Pour en savoir plus, je vous recommande le blog officiel : JavaFX Blog.

Pourquoi JavaFX ?

Pour mémoire, Sun est le créateur et un des plus gros sponsors du langage Java, maintenant largement répandu dans la communauté des développeurs, et principalement en entreprise et dans le milieu universitaire. Ce langage a la particularité d’être très rigoureux (chose que les informaticiens apprécient) et surtout qu’il est multiplateforme : un seul code pour n’importe qu’elle machine. L’astuce est de mettre à disposition une machine virtuelle qui puisse faire tourner ce code unique. Ce principe est particulièrement intéressant car les applications écrites en Java peuvent être exploitée dans le browser, grâce aux fameuses Applets. En ce sens, Java était précurseur puisqu’il permettait de faire des RIA et des RDA bien avant les autres. Oui mais voilà, Java est un langage sophistiqué (donc complexe) et les possibilités d’interfaces sont limitées. Java c’est donc très rapidement vu voler la vedette par Flash pour ce qui concerne les interfaces riches. Avec JavaFX, Sun espère redorer le blason de Java et pouvoir réussir à regagner la confiance de sa communauté (au détriment de Flash / Flex).

Je précise au passage pour qu’il n’y ai pas ambigüité que Javascript n’a pas grand chose à voir avec Java, en fait rien à voir.

Le principal avantage de JavaFX est de ne pas (trop) réinventer la roue et de pouvoir récupérer une application existante en Java pour mettre par dessus une nouvelle interface plus sexy. Sun choisit donc de capitaliser sur son immense communauté de développeurs comme Microsoft l’a fait avec Silverlight. Plus d’infos ici : What is JavaFX Preview SDK.

La seconde promesse forte est de pouvoir développer des interfaces “portables” sur différents terminaux cibles : web, desktop, mobile, TV et même disques Blue-Ray ! Sun élargit donc le spectre des possibles afin de surenchérir sur des offres d’interfaces universelles comme celle d’Adobe (cf. Adobe sort son arme secrète avec Open Screen).

La contre partie est que pour pouvoir profiter de tout cela, il va vous falloir installer pas mal de chose, dont le Java Runtime Environment (qui pèse plus de 15 Mo), le JavaFX plug-in for browser et le JavaFX Plugin for desktop. Et oui, ça fait beaucoup… Plus d’infos ici : Sun releases preview of JavaFX SDK.

Qu’est capable de faire JavaFX ?

Dans sa première mouture (pré-mouture ?), JavaFX est capable de prendre en charge les animations 2D, différents formats de médias (photo, vidéo…), mais il va falloir attendre quelques mois avant d’avoir la possibilité de faire de la 3D ou du streaming. De même, les versions mobiles et TV du plug-in JavaFX ne seront lancées qu’en 2009 (dates non communiquées).

Au final, nous avons donc une offre très ambitieuse (RIA + RDA + RMA) qui va s’appuyer sur une communauté importante et surtout volontaire (c’est un sérieux atout). Le fait que Sun fournisse dans ce preview un outil pour importer des objets depuis Illustrator ou Photoshop prouve que la communauté des designeurs n’est pas délaissée.

Impossible pour moi de tester le plug-in JavaFX dans le mesure où je suis censé être en vacance à l’heure où je rédige ces lignes, mais les premières impressions sont plutôt bonnes… quoique réservées (cf. Hands on with JavaFX, First Impressions et JavaFX – just for Java guys?). Ce sont visiblement le poids des applications ainsi que la structure du langage qui laissent sceptique. Pas de conclusion hâtive, c’est une preview et surtout c’est une technologie toute neuve, donc ce n’est pas étonnant si elle déstabilise au premier abord (personne n’aime perdre ses repères).

Et alors ?

Bon… force est de constater que JavaFX ne va pas révolutionner le marché du jour au lendemain :

  • L’offre est pour le moment parcellaire et fragmentée (attendons que toutes les briques soient disponibles et finalisées) ;
  • Les possibilités en terme d’animations vectorielles (les trucs qui sont beau et qui bougent dans l’écran) sont pour le moment loin d’approcher ce qu’il est possible de faire avec Flash ;
  • Les possibilités de maniement de contenus audio / vidéo restent à prouver (tout en sachant que Flash est une technologie tout à fait robuste et que Silverlight apporte des innovations tout à fait convaincantes.

Bref, Sun a du retard sur ses concurrents et ils vont devoir travailler très très dur pur le rattraper. Reste un énorme potentiel du côté des RIA d’entreprise, mais Microsoft et Adobe travaillent dur pour évangéliser leur solution respective dans ce domaine.

/!\ Article initialement publié sur FredCavazza.net.

InSuggest : le moteur de recommandations

Les interfaces riches basées sur l’intérêt et les goûts de l’utilisateur sont selon moi les plus intéressantes à visiter.

inSuggest, lancé en janvier 2008, est un des nombreux exemples que j’ai en tête ! (Je prévois vous en montrer d’autres prochainement)

Développé dans le même esprit de WhoIsLikeIt, inSuggest se différencie par son interface en Ajax, sa fonction glissée déposée ainsi que la recherche de photos et la suggestion de sites en accord avec vos tags et bookmarks del.icio.us.

Recherchez des sites similaires :

InSuggest
En saisissant et validant l’URL d’un site que vous appréciez dans le champ de recherche en haut de la page, inSuggest vous propose rapidement une sélection de sites similaires à celui suggéré, sous la forme de vignettes cliquables. Vous pouvez ensuite continuer en glissant une vignette sur un espace de suggestion. Le moteur affiche ainsi une nouvelle liste de sites similaires.

Recherchez des photos similaires à celle que vous donnez comme modèle :

InSuggest
En saisissant et en validant un ou des mots clés, inSuggest affiche images qui se retrouvent sur la base de donnée de Flickr. Puis, en glissant une image sur un espace de suggestion, vous obtiendrez une nouvelle liste d’images semblables.

Recherchez des sites en accord avec vos tags et bookmarks del.icio.us :

InSuggest
En soumettant votre identifiant Del.icio.us, inSuggest vous propose des signets en relation avec ce que vous bookmarkez.

Je me questionne maintenant du moment ou il sera possible de permettre la recherche de vidéos similaires sur Insuggest ! Qu’en pensez-vous ?

SproutBuilder + UGG = PlayCrafter

J’ai comme l’impression que la mode est aux outils de création en ligne : après la vague des outils de retouche de photo (Picnik…) et les outils de création de widgets (SproutBuilder…), nous assistons maintenant à une prolifération d’outils de création de jeux en ligne (cf. EA se lance dans les User Generated Games).

Dernier en date, PlayCrafter semble être aussi un des plus aboutis, du moins en terme d’interface (riche). Il y a tout d’abord une très belle page d’accueil qui fait sauter les conventions et adopte un look résolument cartoon :

Il y a ensuite ce très bel éditeur de jeux, tout en glissé-déposé avec des très beaux contrôles :

Il y a enfin ces fameux jeux où le moteur physique est particulièrement soigné (gestion des collisions et de l’inertie). Une fois créés, ces derniers peuvent être encapsulés dans un blog ou une page perso par l’intermédiaire d’un widget.

Pour mieux appréhender la puissance du moteur de création, je vous recommande cette vidéo de démonstration :

[youtube UjBTU02cCVY]

C’est encore une fois du très bon travail de la part des éditeurs de cet outil en ligne réalisé en Flex. Décidément, cette plateforme technologique risque de devenir le standard des outils de création et d’édition en ligne.

(via RWW)

Uvlayer, l’interface simplifiée pour Youtube

UvLayer est la nouvelle interface pour Youtube qui offre une expérience utilisateur totalement différente de la version classique.

Interface Uvlayer

UvLayer permet d’ouvrir plusieurs fenêtres de recherches et de vidéos en même temps soit par mot clé ou par un tag dans le champ prévu à cet effet. De plus, grâce à une fonction sociale intégrée vous pouvez suivre vos contacts, publier et partager vos découvertes et réalisations.

Gratuit et développé en flash, UvLayer est doté d’une interface riche accessible à tous !

La nouvelle version de LogoMaker

HP a lancé dernièrement la nouvelle version de LogoMaker. Selon moi, son évolution est un bel exemple qui prouve, encore une fois, l’efficacité des interfaces riches.

L’utilisation de FLEX dans cette version, actuellement en beta, permet de simuler des comportements qui se rapprochent de plus en plus d’Illustrator et de Photoshop.

Logo Maker HP
Avant
/Après

Parmi les modifications apportées, on constate, par exemple, un nouveau sélecteur de couleur plus performant. Que dire aussi de la nouvelle ergonomie de l’application qui nous permet de personnaliser un logo plus rapidement.

Toutefois, j’aurais aimé y retrouver des outils de sélections, de rotations et d’agrandissements qui se rapprochent davantage de ceux qui sont utilisés dans Adobe® Creative Suite® 3.3 .

Qu’en pensez-vous ?

Les commentaires sont fermés

France Television lance un lecteur vidéo en Silverlight

Après M6 Replay http://www.m6replay.fr/, c’est au tour de France Télévision de lancer son service de magnétoscope numérique en ligne : L’info en vidéo.

Chose étonnante, ce nouveau service est passé quasi inaperçu, aucun des 650 blogs que je lis tous les jours n’y a fait mention, et seul le site du Point y a consacré un article : France Télévisions renforce sa stratégie Internet. Il faut dire qu’ils sont encore en plein rodage, pour le moment le sommaire fonctionne mais les vidéos ne sont pas accessibles :

Vous noterez que les contenus des JT sont chapitrés pour pouvoir accéder directement à la bonne info (très pratique) :

Une bien belle interface en Silverlight 2.0 (plus de précision techniques ici) sur laquelle je reviendrais quand le service sera à nouveau disponible.

(via MSDN Blog et Kim)

Mariage réussi entre RIA et web analytics avec RIA Tracker

Jusqu’à présent les interfaces riches étaient vues comme des boîtes noires qu’il était impossible de tracker. Les professionnels étaient donc très réticents à employer des technologies RIA d’envergure du fait de l’impossibilité de mesurer l’activité.

Aujourd’hui encore je ne m’explique pas cette lacune dans la mesure où la quasi-totalité des outils de tracking fonctionnent avec des marqueurs en javascript, pourquoi ne pas créer des marqueurs équivalents en ActionScript ? Bref, RIA et analyse d’audience ne font pas bon ménage.

Heureusement que certains innove comme l’équipe de tKaap avec son RIA tracker, « la première technologie de tracking dédiée aux applications riches« . D’un point de vue technique cette solution n’utilise pas de base de données mais uniquement des logs au format texte (pour faciliter l’intégration et/ou la manipulation des données). Cette technologie est pour le moment en phase de test sur la très impressionnante interface de Galaxy (une sorte de viewer amélioré pour Dailymotion).

Les données sont ensuite représentées dans un beau tableau de bord :

Voici donc une très bonne initiative qui pourrait apporter un début de réponse à ce problème récurrent de la mesure d’audience. Reste à savoir comment s’intègre les données de cette solution au sein d’outils plus matures comme Webtrends, Omniture ou Google Analytics.

Encore une fois, pour moi la clé du problème n’est certainement pas la multiplication des outils mais plutôt l’extension des capacités des outils existants. Même s’il est possible de faire beaucoup de choses avec les custom reports, il est de la responsabilité des éditeurs d’apporter des solutions ou au moins des tentatives…
Bref, j’espère que ce RIA tracker va faire évoluer l’écosystème des web analytics dans le bon sens.

Dabbleboard expérimente le paperboard en ligne intelligent

Il existe déjà plusieurs solutions de paperboard en ligne (« tableau blanc » en français) mais Dabbleboard propose une approche tout à fait intéressante : la reconnaissance de forme.

Le principe est simple : vous créer une page, commencez à dessiner dessus et là hop ! Les formes grossièrement dessinés sont réinterprétés en formes vectorielles (ronds, carrés, triangles…) :

DabbleBoard.jpg

Ça n’a l’air de rien mais cette fonction de reconnaissance de gribouillis se révèle être terriblement pratique.Pour vous rendre compte du potentiel de cette application en ligne, je vous recommande la visite guidée.

Vous avez également la possibilité de modifier la forme, de sélectionner un groupe de plusieurs formes, d’en changer la couleur… Bien évidement, une fois votre « création  » terminée, il ne vous reste plus qu’à la publier en précisant les droits d’accès. Un bon compromis pour ne pas alourdir l’application avec de l’édition simultanée.

En allant fouillé dans la galerie publique je suis tombé sur des tests de maquettes fonctionnelles qui me semblent tout à fait intéressantes :

DabbleBoard2.jpg

Très intuitif et puissant, Dabbleboard pourrait-il être l’outil de prototypage rapide ultime ? (via The Inquisitr)

Capzles, un nouveau regard sur les photos en ligne

Vous connaissez FlickR ? Vous connaissez le Quick Look de Mac OS ? Alors vous ne serez pas perdu en découvrant Capzles, un service innovant de publication / partage de photos.

Rien de très nouveau du côté des fonctionnalités, c’est plutôt de l’interface que nous allons parler :

Capzles.jpg

La navigation et les commandes sont tassées en haut de la page afin de dégager un maximum de place pour la frise de photos. Une illustration en pleine largeur permet de donner du relief à l’ensemble : les photos semblent flotter par dessus le fond d’écran de page.

Le mode d’interaction est assez intuitif puisqu’il suffit de bouger la souris sur les bords gauche ou droite de l’écran pour faire défiler les photos. Ces dernières grossissent au survol de la souris.

Ce principe de spacialisation des photos fonctionne aussi très bien avec un fond clair :

Capzles2.jpg

Voici donc un challenger culotté pour FlickR qui n’hésite pas à explorer de nouveaux modes d’interaction. On aime ou on n’aime pas mais cette interface ne laisse pas indifférent, non ?

(via Mashable)

Quand service en ligne et browser ne font plus qu’un

Je passe suffisamment de temps sur le web pour savoir que cet environnement n’est pas du tout adapté aux plus jeunes. Même s’il existe des filtres parentaux et autres outils de protection, la toile reste quand même un endroit que je ne recommanderais pas à mes enfants (pour le moment).

C’est là où KidZui entre en scène : il s’agit d’un navigateur internet qui permet aux plus petits de « consommer » du contenu et des services mais dans un cadre parfaitement sécurisé (approbation préalable par une équipe de modération).

Là où ça devient très intéressant, c’est que ce navigateur offre une interfaces complètement nouvelle :

Kidzui.jpg

Vous noterez  que service et interface ne font plus qu’un : le navigateur intègre ainsi de façon native des fonctionnalités sociales comme la messagerie et le partage de photos / vidéos / musiques… Les sites et services web sont donc passés au filtre et reformatés pour être plus facilement assimilés par les enfants. Vous noterez également l’avatar en haut à droite qui permet aux enfants d’exister sans trop se dévoiler (pas de photos).

Kidzui2.jpg

Force est de constater que ce système est bougrement intéressant : un logiciel doublé d’un service (il existe une formule premium à 5$ par mois) qui propose une interface réellement novatrice et adaptée à la cible.

Je ne peux que me réjouir de voir l’arrivée sur le marché de ce type de solutions (proche du « Software and  a Service » de Microsoft) et qui me fait penser à une approche verticalisée du MSN Explorer. C’est assurément un modèle à suivre.

(via Mashable)