ordinateur-interfaces-riches

Google transforme son navigateur en environnement d’exécution avec les Chrome Apps

Lors de sa sortie il y a 5 ans, j’étais enthousiaste, mais également légèrement sceptique quant à la capacité de Google d’imposer son navigateur Chrome (Y aura-t-il un avant et un après Google Chrome ?). Puis petits à petit Google a dévoilé ses ambitions (Avec Chrome OS Google se positionne sur l’outil informatique du futur), et 5 ans après, Chrome est un des navigateurs les plus innovant du marché. C’est aussi le plus populaire, même si les chiffres divergent d’une source à l’autre (cf. Usage share of web browsers).

share_of_web_browsers-svg_-6751938 Évolution des parts de marché des navigateurs web (source : StatCounter)

Dans la course aux navigateurs, chaque éditeur a choisi un positionnement : simplicité pour Safari, sécurité et confidentialité pour Firefox, performances et mobilité pour Opera. Le choix de Google a été de faire de Chrome un navigateur enrichi. Voilà de nombreuses années que l’on spécule sur une fusion entre Chrome et Chrome OS, et les nouveautés des derniers mois contribuaient largement à cette spéculation avec l’implémentation d’un système de notifications (Chrome 28 arrives with Blink, rich notifications for apps and extensions on Windows; Mac and Linux coming soon) et surtout les packaged apps (Chrome app launcher developer preview).

Pour vous la faire courte, les packaged apps sont des applications en ligne qui tournent dans une fenêtre indépendante de Chrome, qui sont disponibles hors connexion et peuvent exploiter les ressources de votre ordinateur (port USB, connexion TCP/IP ou bluetooth…). En un mot comme en cent, les packaged apps se comportent comme des applications natives.

Jusqu’à présent réservées aux développeurs qui utilisent une version spéciale de Chrome. Mais il était tout de même possible d’accéder aux packaged apps avec d’autres versions et le lanceur d’applications qui s’installe dans la barre d’applications de Windows ou Mac (Chrome App Launcher Available for Mac Dev Users).

Voir aussi  Interface riche et minimalisme

chrome-app-launcher-8487159 Le lanceur d’applications de Chrome pour Mac OS

Pour le cinquième anniversaire de Chrome, les équipes ont enfin déployé ces fameuses packaged apps sur la version 30 : A new breed of Chrome Apps. Les packaged apps ont donc été rebaptisées Chrome apps pour l’occasion. Les caractéristiques sont les mêmes : ouverture dans une fenêtre indépendante, fonctionnement hors-ligne automatique, lancement à partir de la barre d’applications… Pour le moment seule une petite cinquantaine d’applications sont disponibles dans une section spécifique du Chrome Web Store (The Economist, Pocket, 500px, Lucid Chart…) ainsi que des jeux (Cracking Sands, Tank Riders, Spelunky, They Need to be Fed…).

Les applications que j’ai retenues sont celles qui ne nécessitent pas d’ouvertures de fenêtres comme Pixlr Touch Up, Any.DO ou Wunderlist.

wunderlist-5786843 Exemple de Chrome App avec Wunderlist

Il existait déjà le principe d’extensions pour les navigateurs, mais là nous parlons bien de toute autre chose : avec les Chrome Apps, Google a transformé son navigateur en un environnement d’excution, au même titre que Java. D’autres grands éditeurs s’y sont risqués sans succès comme Mozilla et Microsoft (avec respectivement XulRunner et Silverlight). Les quelques applications que j’ai pu tester sont tout à fait convaincantes. Certes, elles ne tiennent pas la comparaison face à des mastodontes comme Photoshop, mais je vous rappelle que des éditeurs comme SalesForce engrangent des milliards de $ avec des applications “légères”.

Le cap des 5 ans était donc une étape importante pour Google qui devaient depuis le début considérer Chrome comme leur Cheval de Troie pour court-circuiter Windows : Google’s Trojan horse: how Chrome Apps will finally take on Windows. Le rideau est maintenant tombé et les hostilités vont sûrement commencer. Toujours est-il qu’avec cette nouvelle fonctionnalité, Google va irrémédiablement s’emparer du marché des netbooks avec des machines tournant sous Linux ou des Chromebooks (Like netbooks of old, Chromebooks are the fastest growing PC segment. What’s different?).

Voir aussi  Vers de l’Ambient Branding avec Converse ?

En poussant la réflexion plus loin, on se dit que tout est maintenant en place pour que Google puisse s’imposer sur le segment des ordinateurs low cost, car même un netbook bas-de-gamme va pouvoir se transformer en ordinateur parfaitement fonctionnel en installant Chrome (Nitrous.IO’s packaged Chrome app turns even a $200 Chromebook into a developer machine).

Le segment des ordinateurs low cost n’est pas très glamour, mais il va très certainement concerner de plus en plus d’employés qui devront bien se contenter d’une machine bas de gamme tant la pression sur les marges des entreprises est forte. En fait, il ne manque plus qu’un élément pour que le puzzle soit complété : la compatibilité avec la suite Office de Microsoft (Tous vos documents bureautiques consultables directement dans votre navigateur). Mais ça n’est visiblement plus qu’une question de semaines puisque cette compatibilité sera disponible dans les prochaines versions : Google adds native Microsoft Word and Excel file editing to latest Chrome OS build.

quickoffice-7012146 Éditez vos documents Office dans Chrome avec QuickOffice

Entre ça et l’annonce du départ de Steve Balmer, la rentrée s’annonce rude pour Microsoft, très dure…