Pourquoi les interfaces tactiles peuvent révolutionner l’industrie musicale

Quand l’iPad est sorti il y a presque deux ans, les équipes d ‘Apple étaient loin de se douter de l’impact que cette tablette pouvait avoir sur l’industrie musicale. Et pourtant, les interfaces tactiles semblent être une source d’inspiration sans fin pour les éditeurs d’applications musicales.

Entendons-nous bien : il existe de très belles innovations en matière de surfaces tactiles comme Emulator ou Maschine, mais ces appareils coûtent très chers à produire et sont compliqués à distribuer. Tout l’intérêt des applications tactiles est qu’elles sont beaucoup plus simples à produire et qu’elles libèrent les concepteurs des contraintes matérielles.

J’ai dernièrement pu constater beaucoup d’innovation dans le monde de la guitare :

  • Bien évidemment avec GarageBand, qui propose une interface très intuitive pour les débutants

    L'interface de GarageBand sur iPad
  • Ultimate Guitar Tabs, une application très pratique pour rechercher et lire les tablatures (ceux qui ont passé des nuits sur OLGA savent de quoi je parle)

    L'interface d'Ultimate Guitar Tabs pour iPad
  • Le projet iTar qui transforme votre iPad en guitare tactile

    Transformez votre iPad en guitare avec iTar
  • L’incroyable GhostGuitar, la première application de Air Guitar
    L'interface de Ghost Guitar pour iPad

Ceci n’est qu’une petite sélection d’un grand nombre d’applications disponibles. Mais les choses commencent à être beaucoup plus intéressantes dans le domaine de la musique électronique :

  • Il y a tout d’abord iElectribe qui reproduit fidèlement les séquenceurs / sampleurs de la série Electribe

    L'interface de iElectribe pour iPad
  • DM1, une autre boîte à rythmes à l’interface très soignée
    L'interface de DM1 pour iPad

  • iMaschine, qui se définit comme un “beat sketchpad” et réussi le tour de force de proposer une interface viable pour le petit écran de l’iPhone
    L'interface d'iMaschine pour iPhone

  • SoundPrism, une application plus expérimentale qui fait également office de contrôleur MIDI
    L'interface de SoundPrism pour iPad

  • SoundZen, une autre application très ludique qui introduit une dimension aléatoire à la création musicale
    L'interface de SoundZen pour iPad

Là encore, ceci n’est qu’une sélection, et comme vous pouvez le constater, les interfaces tactiles offrent un terrain d’expérimentation très propice à l’innovation. Une créativité qui va être démultipliée avec l’arrivée sur le marché de tablettes low-cost tournant sur des systèmes d’exploitation plus ouverts (euphémisme). J’anticipe ainsi un orde de développeurs et concepteurs d’applications toutes plus disruptives les unes que les autres. Encore une fois, ce n’est pas tant la possibilité d’expérimenter une nouvelle interface (car il existe déjà du matériel pour ça), mais la facilité qu’offrent les touchbooks pour les développer et les faire tourner

Imaginez un tel élan d’innovation et de créativité appliqué à d’autres secteurs :

  • L’information (nous commençons à la voir avec Flipboard) ;
  • Le tourisme (Hipmunk est un bon candidat) ;
  • Le commerce en ligne (Decks propose une approche intéressante)…

Et le meilleur reste à venir !

MàJ (22/05/2012) : Dans la lignée du projet iTar, voici gTar, l’équivalent mais pour les guitares électriques :

Récapitulatif des annonces de MAX 2011 : HTML5, Flash et tablettes

Cette semaine se déroulait à Los Angeles la grand-messe annuelle d’Adobe : MAX 2011. Comme chaque année, cette manifestation a été l’occasion pour l’éditeur de confirmer les promesses et d’annoncer  plein de nouveautés. Au niveau des promesses, ils ont avant tout officialisé la sortie de Flash 11 et AIR 3. Au niveau des nouveautés, elles concernent trois principaux domaines : Les tablettes, HTML5 et Flash. Je vous propose un passage en revue des annonces marquantes.

Enrichissement de l’offre pour tablettes

Adobe a dans un premier temps confirmé son intention de faire de la Digital Publishing Suite la solution de référence pour la publication de magazines numériques sur tablettes. Précisons qu’il existe de nombreuses solutions pour créer et diffuser des magazines numériques, que le débat HTML5/app fait rage (L’avenir des magazines numériques est-il à l’HTML5 ?), mais qu’Apple devrait y mettre de l’ordre avec la sortie de NewsStand sur iOS5.

L’éditeur a dans un second temps levé le voile sur une gamme complète d’applications pour touchbooks (Adobe Touch Apps) :

  • Photoshop Touch pour la retouche des images ;
  • Collage pour expérimenter des concepts créatifs ;
  • Debut pour présenter ces concepts ;
  • Ideas pour faire du dessin vectoriel ;
  • Kuler pour créer et manipuler des palettes de couleur
  • Proto pour faire du prototypage rapide ;
  • Carousel pour accéder et parcourir votre photothèque.

C’est donc une gamme très complète d’applications qui sortiront dès le mois prochain pour Android avec un prix de lancement à 7,99€ et dès 2012 que iOS.

Autant vous dire tout de suite que ces applications ont fait sensation lors de leur présentation. Je suis particulièrement intéressé par Adobe Proto, une application très prometteuse, mais qui est encore incomplète : Adobe lance son application de prototypage rapide… pour les tablettes.

Course à l’armement pour s’imposer sur HTML5

Contrairement à ce que vous pouvez penser, HTML5 n’est pas réellement concurrent de Flash. Adobe s’est ainsi positionné assez tôt sur le “créneau” en proposant un support avancé pour Dreamwaver ainsi qu’un outil dédié (Adobe Edge qui a été présenté officiellement : Adobe lance Edge, un outil d’animation HTML5).

Poursuivant sur cette lancée, ils ont annoncé des choses tout à fait intéressantes :

  • Le rachat de Typekit, le service de personnalisation des polices de caractère ;

    Exemple de typo personnalisées avec Typekit
  • Le rachat de PhoneGap, le framework de publication d’applications hybrides pour smartphones (qui sera légué à la fondation Apache : PhoneGap to become an Apache project as Adobe acquires Nitobi) ;

    Tableau de compatibilité des différents OS mobiles
  • La contribution aux spécifications CSS3 avec les modules Regions et Shaders.

Avec ces différentes annonces, Adobe confirme donc son implication dans HTML5 et souhaite visiblement être associé de façon explicite à son exploitation à grande échelle sur le web et le mobile, une très bonne nouvelle !

Des usages toujours plus sophistiqués pour Flash

Présenté l’année dernière, Flash11 a encore une fois mis la 3D à l’honneur avec des démonstrations très impressionnantes de l’API Stage3D (cf. Le B A BA de la 3D dans Flash). Et encore une fois, c’est dans le domaine des jeux en ligne que la 3D dans Flash est présentée comme la plus prometteuse (L’ère de la 3D sur le web). Adobe adresse à ce sujet de façon explicite les éditeurs avec ses solutions Gaming.

De nombreuses démos ont été présentées dont :

  • Un portage du Unreal Engine
  • La présentation du MMO galactique Delta Strike
  • La présentation d’une version Flash de Angry Birds avec de superbes effets de particules

Visiblement, Adobe souhaite mettre le paquet sur la 3D et les jeux : Adobe’s Strategy to Distinguish Flash 11 from HTML5, in 3D. Si le sujet vous intéresse, je vous conseille de faire une petit tour sur Molehill Gaming.

Autres annonces

D’autres annonces ont également été faites :

Mes réflexions

Nous y voyons plus clair dans la stratégie de développement d’Adobe qui devrait s’articuler autour de ces trois pôles : Tablettes, HTM5 et Flash. Vous noterez au passage que ces derniers sont intimement liés et qu’Adobe mise ainsi sur de futurs relais de croissance pour anticiper une probable baisse de revenus sur son business historique. Cette nouvelle stratégie devrait logiquement être intensifiée d’ici le prochain mois avec le rachat d’autres acteurs de niche (si je devais faire un pronostique, ça serait Unity et Balsamiq).

Ceci étant dit… il reste toujours l’épineux problème de la disponibilité de Flash sur iOS. Même si Adobe travaille d’arrache-pied pour trouver des solutions de contournement, le blocus de Apple n’arrange pas les affaires d’Adobe. Nous verrons si le décès de Steve Jobs (qu’il repose en paix) va faire évoluer cette situation.