Andras Lutz expérimente la navigation audio-visuelle

Il existait déjà des exemples de navigation dans un site grâce à votre webcam et même à l’aide de l’accéléromètre (La souris est-elle ringarde ?), mais Andreas Lutz va plus loin en proposant les deux : vous naviguez en énonçant à voix haute les intitulés des rubriques et vous parcourez le contenu en faisant des gestes devant votre webcam.

Démonstration vidéo :

Bon dans les faits c’est un peu plus compliqué car même si la détection de mouvement fonctionne bien, la capture audio est beaucoup trop faible pour être exploitable (et il n’existe pas de “solution de secours” comme un menu caché).

La navigation visuelle sur le site d'Andrea Lutz
La navigation visuelle sur le site d'Andrea Lutz

Quel dommage que cet essai soit à moitié transformé car ceci préfigure une authentique révolution dans la façon d’interagir avec du contenu et surtout dans les capacité immersives d’un site (pouvant ainsi se transformer en une véritable expérience ludique). Connaissez-vous d’autres initiatives de ce type ?

(via Fubiz)

France5 et CuriosphereTV expérimentent les web-documentaires

Vous connaissez les documentaires à la télé, vous connaissez les livres dont vous êtes le héros, alors vous allez forcément apprécier ce web-documentaire : L’obésité est-elle une fatalité ?

La page de démarrage du web-documentaire sur l'obésité
La page de démarrage du web-documentaire sur l'obésité

Selon les promoteurs (Honkytonk Films et Curiosphere.tv), ce nouveau format place l’internaute au cœur du documentaire et luis permet de choisir son parcours, de conduire ses propres interviews. Autant le dire tout de suite : c’est une véritable réussite car l’immersion est très bien restituée et le minutage est parfait pour maintenir votre attention.

Dans les fait, ce web-documentaire est un mélange de séquences vidéo et d’animations Flash (avec photos en pleine largeur d’écran messages qui défilent et fond sonore). Sur la capture d’écran suivante, il est possible d’avoir plus de détails en cliquant sur le bouton “Plus d’infos” en bas à gauche :

Une séquence du web-documentaire
Une séquence du web-documentaire

Des chiffres-clés sont affichés en sur-impression de temps en temps. À la fin de chaque séquence (qui peuvent être esquivées) on vous propose un choix vers la ou le séquence suivantes (ici en bas à droite) :

Un embranchement dans la naration
Un embranchement dans la narration

Les interviews sont en fait des extraits sonores avec des sous-titres si elles sont en langues étrangères :

Le déroulement d'une interview
Le déroulement d'une interview

Rien à redire, cette nouvelle forme de narration vous plonge de façon spectaculaire au cœur du récit, vous pouvez même décidez de l’ordre des séquences en accédant au menu.

Après “Voyage au bout du charbon“, le réalisateur (Samuel Bollendorff) nous prouve qu’il est tout à fait possible de mélanger ces deux supports (le reportage TV et les contenus interactifs) dans un tout cohérent. Pour le moment ces réalisations sont engagées mais j’attends de voir à quoi pourrait ressembler une fiction interactive à regarder sur son touchbook au coin du feu.

Bien évidement vous pourriez me dire que depuis les CD-Rom il n’y a rien de neuf, et je vous répondrait que si justement il y a du neuf : le problème de la distribution est résolu. De même que celui de l’évolution, il serait ainsi tout à fait possible d’enrichir un documentaire au fur et à mesure : un budget limité pour tester l’appétence de l’audience et des compléments produits au fur et à mesure.

Par contre la question qui reste en suspend est la suivante : Comment insérer dans ce tableau les annonceurs ? Peut-être sous forme d’encarts ou d’interstitiels…

Canal+ et France24 choisissent Silverlight pour faire du streaming HD

Après Rolland-Garros et le Tour de France, la technologie de streaming HD de Silverlight a été retenue pour une exploitation annuelle par Canal+ et France24.

Commençons par la chaine cryptée qui vient de lancer la diffusion HD de la ligue 1 et de la Champions League sur son service payant Foot+ : Canal+ goes Silverlight for Foot+.

Le foot en HD avec Silverlight
Le foot en HD avec Silverlight

Non seulement les abonnés ont accès à un flux de streaming en HD sur leur ordinateur, mais ils peuvent de plus regarder ça sur leur TV au travers d’une XBox.

Autre ambiance avec France24 qui propose de la rediffusion 24H/24H avec cette expérimentation : France 24 expérimente le contrôle du direct, le speech to text, les votes et chapitrage automatique dans son player HD.

France24 en HD avec Silverlight
France24 en HD avec Silverlight

À tester ici : France24 HD Live Player.

Visiblement les équipes de Microsoft sont en train de prendre une belle avance sur le streaming HD et surtout de s’installer durablement sur ce créneau en signant des partenariats prestigieux.

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai comme l’impression que dans son élan d’intégration verticale Microsoft pourrait bien verrouiller un peu plus le marché en rachetant un gros acteur de Content Delivery (Akamai ?).

Bientôt une version 3.0 pour Papervision3D optimisée pour Flash 10

Annoncée en mars dernier, la nouvelle version de Papervision3D (baptisée provisoirement PapervisionX) a enfin été annoncée officiellement : Papervision3D is Shifting Gears. Il s’agira donc de la version 3.0 qui représente une évolution majeure par rapport à la 2.1 puisqu’entièrement réécrit pour profiter pleinement du Flash Player 10.

Voici donc une excellente nouvelle… mais qui ne se concrétisera pas avant plusieurs mois !

En attendant, vous pouvez toujours prendre votre dose quotidienne de 3D dans Flash sur les différents blogs de la “galaxie” Papervision :

Il y a assurément une communauté solide derrière cette librairie qui semble vouloir distancer les autres. À ce sujet je suis preneur d’un comparatif des librairies 3D, n’hésitez pas à déposer vos liens dans les commentaires (billet à suivre bientôt).

Synthèse des annonces de Adobe Max 2009

Voilà, la grande convention annuelle d’Adobe s’achève. Il est maintenant temps pour moi de vous faire une synthèse des nouveautés de ce MAX 2009.

Un nouveau Flash Player universel

Flash Player 10.1 disponible au premier trimestre 2010, cette nouvelle version sera la première “compatible” avec l’initiative Open Screen Project : Adobe Unveils First Full Flash Player for Mobile Devices and PCs. Concrètement cela veut dire que le prochain Flash Player sera disponible pour un très grand nombre de terminaux alternatifs (téléphones mobiles, smartphones, set-top-boxes…) et qu’il garantira un comportement homogène quel que soit l’environnement ciblé. Pour faire simple : un Flash Player universel.

Est-ce une bonne chose ? Oui tout à fait car cela permettra aux développeurs d’animations / applications Flash de les déployer n’importe où. Est-ce réaliste ? Non pas réellement dans la mesure où chaque terminal possède des spécificités dont il faut impérativement tenir compte (affichage, périphériques de saisie…).

Ce Flash Player universel est une première étape qui ne sera validée qu’avec la livraison d’outils d’édition permettant d’anticiper et de tester les particularités de chacun de ces terminaux. Device Central est l’outil idéal pour faire ça mais il faudrait le remettre à niveau.

Meilleure prise en compte des terminaux alternatifs

Outre des poids lourds comme Google et RIM qui ont annoncé leur volonté de rejoindre le consortium Open Screen Project, un certain nombre de partenariats industriels ont été passé avec des acteurs comme Nvidia, Qualcomm et Nokia pour améliorer l’expérience des interfaces riches sur les terminaux alternatifs comme les netbooks et smartphones.

C’est une très bonne chose car force est de constater que jusqu’à présent les interfaces riches n’étaient pas réellement viables sur ces terminaux : impossible par exemple de regarder une vidéo de plus de 30 secondes sur un netbooks sans de gros ralentissements de l’image. Ces industriels ont bien compris que la solution n’est pas d’équiper ces terminaux de processeurs plus puissants mais plutôt de donner accès à la carte graphique via de l’accélération matérielle.

Flash sur l’iPhone (presque)

Belle pirouette d’Adobe qui proposera bientôt la possibilité d’exporter une applications depuis Flash Professional CS5 vers l’iPhone : Adobe Opens iPhone to Flash Developers. Donc en clair il s’agit d’une astuce pour pouvoir palier au refus d’Apple (plus d’infos sur le site dédié Applications for iPhone).

Très honnêtement je ne pense pas que l’on verra du Flash sur l’iPhone avant de nombreuses années. Dans tous les cas de figure Apple est maitre sur son terrain et continuera d’imposer le passage obligatoire par iTunes. De toute façon je doute que l’expérience d’utilisation d’animations et applications Flash conçues pour un ordinateur soit réellement agréable à regarder / consommer sur un iPhone (cf. ce qui est dit plus haut sur Flash et les netbooks).

Une nouvelle version majeure de AIR

Autre nouvelle, la disponibilité au premier trimestre 2010 de la V.2 de AIR : Previewing Adobe AIR 2 at Adobe MAX. Au programme des nouveautés :

  • Amélioration des performances, de la sécurité et de l’accessibilité ;
  • Meilleur prise en charge du hardware, avec notamment la détection de supports de stockage externes (clés USB…) et l’accès à plus de périphériques (micro, accéléromètre…) ;
  • Support du multi-touch pour les terminaux compatibles ;
  • Prise en charge de l’HTML 5 et des CSS 3.

Avec un runetime toujours plus proche de la machine, les équipes d’Adobe vont très certainement frapper un grand coup et attirer toujours plus d’annonceurs. Il reste néanmoins du travail pour convaincre les éditeurs d’applications critiques nécessitant de la puissance. Idéalement je verrais bien une fusion de AIR et de Native Client (ha mince, on me signale que ce produit existe déjà, c’est Google Chrome).

Bon en tout cas moi je crois toujours en la nécessité pour Adobe d’éditer son propre browser (cf. Adobe pourrait-il sortir un browser ?). Ceci a d’ailleurs été confirmé à demi-mot lors qu’une session “presse” avec les équipes de la Flash Platform qui ont déclaré réfléchir sérieusement à la fusion du Flash Player avec Acrobat Reader (l’appellation “Adobe Reader” porterait alors tout son sens).

Plus de productivité dans les outils de développement

Autres annonces :

  • Nouvelles version de Flash Pro avec l’implémentation d’un moteur physique (certainement pour simplifier la tâche des développeurs de jeux en ligne) ;
  • Nouvelle version de Flash Catalyst avec pleins de nouveaux éléments d’interface, une meilleure gestion du texte et de nouveaux effets visuels (cf. Flash Catalyst Beta 2: New Features).

Très clairement l’accent est mit sur la productivité et la collaboration entre les différents membres d’une équipe de conception / développement. Tout ceci devrait encore s’améliorer avec la livraison de la suite complète CS5.

———

Voilà, ça fait donc une belle moisson de nouveautés que j’attends de pied ferme pour le début de l’année prochaine.

Mes attentes pour l’édition 2009 de Adobe MAX

Comme chaque année Adobe organise une grande messe pour la communauté d’utilisateurs de ces produits : MAX. D’habitude il y a 3 conférences (USA, Europe et Asie) mais cette année il n’y en aura qu’une seule à Los Angeles la semaine prochaine. Je m’envole donc dimanche matin pour une semaine afin d’assister à une série de keynotes et de conférences en relation avec la création numérique et les interfaces riches.

max09

Cette année je vais être particulièrement attentif à différents sujets :

  • La série d’acquisitions d’Adobe. Je doute que l’on en sache beaucoup plus sur les véritables raisons du rachat d’Omniture, mais j’espère bien en apprendre d’avantage sur ce que nous réserve Adobe en ce qui concerne les solutions de commerce en ligne et notamment ce qu’ils vont faire de GoodBarry.
  • La prochaine version de Flash. On ne sait pas encore grand chose sur Flash 11 mais je pense qu’ils vont devoir frapper fort pour ne pas se laisser distancer notamment en ce qui concerne les capacités vidéos car Silverlight grignote petit ) petit toujours plus de parts de marché (cf. Canal + goes Silverlight for Foot+), car Google nous mijote des choses avec sont Native Client et ses capacités concernant l’accès aux ressources hardware, et car sur le front de la 3D il y a aussi fort à faire avec les initiatives de Google (O3D) et surtout de standards comme WebGL (il faudra plus de Papervision 3D pour convaincre le marché).
  • Les applications mobiles. Alors que nous sommes toujours en attente d’une implémentation de Flash sur l’iPhone et que nous sommes dans l’expectative de ce que peuvent nous proposer des applications tournant sur Android ou WebOS, il serait grand temps qu’Adobe songe à s’imposer sur ce créneau (ou plutôt sur ce média de masse) afin d’élever des barrières à l’entrée et ne pas se laisser distancer sur des niches à forte valeur ajoutée comme les applications de réalité augmentée.
  • Les jeux en ligne. Au vue des dernières évolutions du marché du casual gaming ou même des MMO, Adobe se doit de proposer au marché une approche plus verticale afin de fidéliser les développeurs de jeux en ligne pour éviter une érosion vers des plateformes plus “métiers” comme Unity.
  • La cohérence de la gamme. Je suis stupéfait littéralement par les capacités de Photoshop CS5 mais je suis toujours en attente d’une offre viable pour les designeurs et concepteurs web (un fusion entre Fireworks et Flash Catalyst ?).

Bref, j’ai comme l’impression qu’Adobe est à un tournant de son histoire et qu’ils ont l’obligation de réussir le tournant qui est en train de se profiler avec les nouveaux usages (médias sociaux, web squared…).

Compte-rendus détaillés, interviews vidéo et news en temps réelle (via Twitter et #AdobeMAX) dès Lundi matin.